Curanta – Definiții de epocă

18 Aprilie 2011 § Lasă un comentariu

A. Furetière, Dictionnaire universel (1690)

Courante. s.f. Piece de Musique, d’une mesure triple ou mouvement ternaire. Elle commence & finit, quand celuy qui bat la mesure baisse la main; au contraire de la sarabande, qui finit ordinairement quand il la leve. C’est la plus commune de toutes les danses qu’on pratique en France, qui se fait d’un temps, d’un pas, d’un balancement, & d’un couppé. La courante reçoit aussi plusieurs autres pas. Autrefois on en sautoit les pas ; & en ce point elle étoit differente des basses danses, & des pavades. Il y a des courantes simples, & des courantes figurées, qui se dansent toutes à deux personnes. On appelle courante, tant l’air, que les pas qu’on fait dessus pour la danser, & meme les paroles sur lesquelles on a mis un air de cette mesure.

« Read the rest of this entry »

Anunțuri

Ritornello – Definiții de epocă

17 Aprilie 2010 § Lasă un comentariu

Dictionnaire de l`Académie française, prima ediție (1694)

Ritournelle. s. f. Petite symphonie qui a rapport avec un chant qui la précède, & qui quelquefois la suit. Cette ritournelle ne convient point au chant. [1]

S. de Brossard, Dictionnaire de musique (1703)

Ritornello. Veut proprement dire un petit retour, ou une courte Repetition, telle que le seroit celle d`un Echo, ou des derniers Sons d`un Chant, sur tout quand cette repetition se fait apres les Voix par un, deux, ou plusieurs Instrumens, mais l`usage a étendu ce terme non seulement à toutes les Simphonies qui repettent ce que les Voix ont chanté, mais aussi aux Preludes, ou à ces courtes Simphonies qu`on joüe avant que les Voix commencent & qui servent comme d`introduction & de preparation à ce qui va suivre, sur tout si ces Simphonies sont des Trio à Violons ou à Flûtes seules, &c. On trouve souvent dans les Partitions des Italiens les Ritournelles marquées par ces mots Si suona, pour marquer que l`Orgue ou le Clavessin doivent repeter ce que la Voix vient de chanter, &c.

Note

[1] Definiția din 1694 va rămâne neschimbată în toate edițiile Dicționarului din secolul al XVIII-lea.

Gavotta – Definiții de epocă

4 Februarie 2008 § 2 comentarii

A. Furetière, Dictionnaire universel (1690)

Gavotte. s. f. Espece de danse gaye, composée de trois pas, & d’un pas assemblé. Les anciennes Gavottes estoient un recueil & amas de plusieurs bransles doubles choisis par les jouëurs, dont ils faisoient une suitte : elles se dansoient par une mesure binaire avec plusieurs petits sauts. En ces danses on baisoit, & on donnoit le bouquet. La tablature en est marquée dans Thoinot Arbeau en son Orchesographie.

Dictionnaire de l`Académie française, prima ediție (1694)

Gavotte. sub. f. Espece de danse gaye. Danser la gavotte.

Il se prend aussi, Pour l’air sur lequel on danse la gavotte. Ce Musicien a fait une belle gavotte. joüer une gavotte.

S. de Brossard, Dictionnaire de musique (1703)

Gavotta. Veut dire gavotte. C`est une espece de Dance dont l`Air a deux reprises, la premiere de quatre, & la seconde ordinairement de huit mesures à deux temps; quelque fois gays, quelques fois graves. Chaque reprise se joüe deux fois. La premiere, commence en levant par une blanche ou deux noires ou Nottes équivalentes & finit en battant, & tombant sur la Dominante ou la Mediante du Mode, & jamais sur la Finalle, à moins qu`elle ne soit en Rondeau. La 2. reprise commence aussi en levant & finit en battant & tombant sur la Finalle du Mode.

Tempo di Gavotta. C`est lorsqu`on suit le mouvement de la Gavotte lentement, sans s`assujettir à suivre le nombre des mesures ny les Reprises ordinaires à la Gavotte. On trouve souvent des morceaux de cette nature dans les Sonates.

Dictionnaire de l`Académie française, ediția a 4-a (1762)

Gavotte. s.f. Air de danse qui se bat à deux temps, qui commence en levant, dont les mesures ont un repos de quatre en quatre, qui est composé de deux reprises, & dont le mouvement est quelquefois vif & gai, quelquefois tendre & lent. Ce Musicien a fait une belle gavotte. Jouer une gavotte.

Il se dit aussi De la danse dont les pas sont faits sur cet air. Danser la gavotte. Danser une gavotte.

Ciaccona – Definiții de epocă

28 Ianuarie 2008 § Lasă un comentariu

A. Furetière, Dictionnaire universel (1690)

Chacone. s. f. Air de Musique, ou danse qui est venuë des Mores, dont la base est de quatre nottes, qui procedent par degrés conjoints, sur laquelle on fait plusieurs accords & plusieurs couplets qui ont un męme refrain.

Dictionnaire de l`Académie française, prima ediție (1694)

Chaconne. s. f. Espece de sarabande par couplets avec le mesme refrain. Il a fait une chaconne. joüer une chaconne.

Il signifie aussi, Certains pas mesurez qu’on fait sur l’air d’une chaconne. Danser une chaconne. ce Maistre à danser luy a montré la chaconne.

S. de Brossard, Dictionnaire de musique (1703)

Ciacona, veut dire chacone. C`est un chant composé sur une Basse obligée de quatre mesures, pour l`ordinaire en triple de noires, & qui se repette autant de fois que la Chacone a de Couplets ou de variations, c`est à dire, de chants differens composez sur les Nottes de cette Basse. On passe souvent dans ces sortes de pieces du Mode majeur au Mode mineur, & l`on tolere bien des choses à cause de cette contrainte, qui ne se seroient pas regulierement permises dans une composition plus libre.

Dictionnaire de l`Académie française, ediția a 4-a (1762)

Chaconne. s.f. Air de symphonie, dont la basse est d’un certain nombre de notes qui se répétent toujours, & sur lesquelles on fait différens couplets. Il a fait une chaconne. Jouer une chaconne.

On appelle Chaconne chantante, Des paroles faites sur l’air de la chaconne.

Il signifie aussi Une danse sur un air de chaconne. Danser la chaconne. Ce Maître à danser lui a montré la chaconne.

Concert – Definiții de epocă

24 Ianuarie 2008 § Lasă un comentariu

A. Furetière, Dictionnaire universel (1690)

Concert. s. m. Assemblée de Musiciens qui chantent, ou qui joüent des instruments. Il y a des concerts de voix, de luths, de violes, ou de plusieurs instruments meslez ensemble. Il n’y a point de concert qui vaille les representations de l’Opera. Platon & les Anciens se sont imaginez que le mouvement des astres faisoit un agreable concert, une grande harmonie.

Concert signifie figurément, l’accord de plusieurs personnes en l’execution de quelque dessein. Cet homme subsiste toûjours malgré ses creanciers, parce qu’ils n’agissent pas de concert. les grandes affaires ne reüssissent point, si on n’agit de concert.

Concert, se dit aussi des choses inanimées. Dans cette tempeste la mer & les vents étoient, ce semble, de concert pour causer le naufrage.

Dictionnaire de l`Académie française, prima ediție (1694)

Concert. sub. m. Harmonie composée de plusieurs voix, ou de plusieurs instruments. Beau, agreable concert. grand concert. concert de Musique. concert de voix, d’instruments. concert de luts & de voix. faire un concert. donner un concert. il y a concert chez luy toutes les semaines. il arriva du bruit qui troubla, qui rompit le concert.

On dit Poëtiquement. Le concert des oiseaux.

[…]

Concerter. v. a. Estudier, & repeter ensemble une piece de Musique, pour la bien executer quand il en sera temps. Concerter une piece. ils l’ont concertée ensemble. Il est aussi neutre & signifie, Faire concert. On concerte souvent chez un tel. ils concertent ensemble.

[…]

Concerté, [concert]ée. part. Il a les significations de son verbe. Une piece de Musique bien concertée. un motet concerté. un dessein concerté. une entreprise bien concertée. il a bien paru que ces gens-là estoient venus fort concertez. ils se trouverent tous contraires à son advis, alors on vit bien que c’estoit une piece concertée.

[…]

Deconcerter. v. a. Troubler un concert. Il ne faut qu’une voix discordante pour deconcerter toutes les autres.

S. de Brossard, Dictionnaire de musique (1701)

Concertante. Ce mot se met avec le nom de toutes les Parties Recitantes pour les distinguer des Parties qui ne chantent que dans le gros Choeur.

Concertato. Fem. Concertata, &c. veut dire composé de maniere que toutes les Parties ont des Recits, soit à Voix seule, ou à deux ou à trois, &c. Ainsi on dit Messa ou Messe concertate, Salmi concertati, &c. à 2, à 3, à 4 Voci. &c.

Concerto. Concert. V. Musica concertante, Uso sur la fin & Camera.

In concerto, c`est à peu près comme concertante.

Dictionnaire de l`Académie française, ediția a 4-a (1762)

Concert. s.m. Harmonie composée de plusieurs voix ou de plusieurs instrumens, ou des deux ensemble. Beau, agréable concert. Grand concert. Concert de voix, d’instrumens. Faire un concert. Donner un concert.

On dit figurément, Un concert de louanges; & poëtiquement, Le concert des oiseaux.

Notă:

Definițiile dicționarelor Academiei din 1694 și 1762 sunt aproape identice. Am reluat-o pe cea din 1762 din cauza unei mici adăugiri semnificative din punct de vedere muzical: Harmonie composée de plusieurs voix ou de plusieurs instrumens, ou des deux ensemble.

Simfonia – Definiţii de epocă

6 Noiembrie 2007 § Lasă un comentariu

A. Furetière, Dictionnaire universel (1690)

Symphonie. subst. fem. Musique, sons, accords agreables à l’oreille, soit de voix, soit d’instruments. Cet homme aime bien la symphonie, il a l’oreille delicate pour la symphonie.

Symphonie, se prend quelquefois pour la seule Musique des instruments. Il y avoit de beaux recits dans cet Opera, mais ce qui estoit de plus excellent, c’étoit la symphonie. La symphonie des Anciens étoit un chant de deux voix, ou de deux instruments accordez à l’unisson, car ils n’avoient point de musique à plusieurs parties, comme a fort bien prouvé Mr. Perrault Medecin dans son Traitté de la Musique.

Symphonie, est aussi un nom que les Anciens ont donné à celuy des instrumens dont on a fait le moins de cas, qui est la vielle, comme on voit chez les Auteurs qui en ont escrit, & entre autres le Pere Mersenne dans son grand Volume de l’Harmonie. Ç’a esté peut-être par antiphrase.

Dictionnaire de l`Académie française, prima ediție (1694)

Symphonie. s. f. Concert d’instruments, soit qu’il n’y ait point de voix, soit qu’ils servent à accompagner les voix. Belle, agreable symphonie. aimer la symphonie. la symphonie est fort bonne dans cet opera.

Il se prend aussi, pour toutes sortes de concerts de voix & d’instruments. Il aime la symphonie. je viens d’entendre une fort agreable symphonie.

S. de Brossard, Dictionnaire de musique (1703)

Symphonia. C`est un mot qui nous vient du Grec, & qu`on traduit en François par Symphonie. Generalement parlant, quand deux Sons s`accordent bien ensemble, ils font une Symphonie & en ce sens toute Musique ou composition qui fait un bon effet à l`oreille est une veritable Symphonie. Mais l`usage la restraint aux seules compositions qui se font pour les Instrumens, & plus particulierement encore à celles qui sont libres, c`est à dire, où le Compositeur n`est point assujetti ny à un certain nombre, ny à une certaine espece de mesure, &c, telles que sont les Preludes, les Fantaisies, les Ricercares, Toccates, &c. Voyez tous ces mots chacun à leur rang.

Simphonia, Sincope & Sistema, & plusieurs autres mots tirez du Grec, que quelques Italiens écrivent par un I. se doivent chercher icy par un Y Grec.

Dictionnaire de l`Académie française, ediția a 4-a (1762)

Symphonie. s. f. Concert d’instrumens de musique. Belle symphonie. Excellente symphonie. Aimer la symphonie. La symphonie est fort bonne dans cet Opéra.

Il se prend encore pour Les instrumens de musique qui accompagnent les voix. Les voix n’étoient pas belles, mais la symphonie étoit fort bonne.

Hubert Le Blanc – Defense de la basse de viole (1740)

25 Aprilie 2007 § Lasă un comentariu

In urma unor discutii in blogosfera despre viola da gamba , am pregatit o serie de extrase sugestive din fantasmagorica Defense de la basse de viole contre les hubert-le-blanc.gifentreprises du violon et les pretentions du violoncel a lui Hubert Le Blanc (c. 1695 – c. 1760), Pierre Mortier, Amsterdam 1740. Dupa cum veti putea observa, acest jurist si fanatic meloman insceneaza un veritabil duel intre cele doua instrumente italiene „moderne” si venerabila viola aristocratica franceza. Partinitor, Le Blanc ingora multe realitati de dragul argumentatiei, dar nici macar contradictiile interne nu lipsesc – textul este insa pitoresc, iar vocea sa reprezentativa pentru xenofobia muzicala franceza care avea sa erupa in Cearta Bufonilor, nu peste mult timp…

P.S. In masura in care timpul o sa-mi permita, o sa comentez unele pasaje interesante ca informatie.

<< L`empire de la viole était fondé et puissament établi par le Père Marais. […] Forcroi le Pere venait d`ajouter à l`Empire. […]  La viole s`était vue favorisée par le Roi Louis XIV, le Père Marais pour ses pieces, et Forcroi le Pere pour ses Préludes tirants sur la Sonate [Marin Marais & Antoine Forqueray, n.n.]. L`un avait été declaré jouer comme un Ange, et l`autre jouer comme un Diable.  Fallait-il au sortir de tant d`avantages tomber dans le néant. Quelle chute! Y en eut-il jamais une pareille? […] Le Père Marais et Forcroi ne donnaient qu`une note, mais s`attachaient à le rendre sonore, comme la grosse cloche St. Germain, jouant en l`air ainsi qu`ils recommandaient, c`est à dire ayant donné le coup d`archet, ils laissaient lieu à la vibration de la corde.

 

Sultan Violon, un avorton, un Pygmée, se met en tête d`en vouloir à la Monarchie universelle. Non content de l`Italie, il se propose d`envahir les états voisins… Les deux acolytes de Sultan s`appelaient Messire Clavecin et Sire Violoncelle. Il les était associés pour tempérer son piquant, dont sans eux la pointe se ferait trop sentir. Il se propose de rayer du nombre des Acteurs de musique la basse de viole et la flûte et de s`établir sur leur ruine. Voici la route qu`il tint pour la procurer. Attaquer la Viole, éclater par dessus, parler plus haut qu`elle en même temps, lui sauter dessus le corps. Le violon qui n`était pas Sultan alors, ni si fier qu`il est abordé humblement le Clavecin et le violoncelle et leur dit: Beaux sires, le premier de vous a déjà un établlissement auprès des Dames, que lui procurent les Pièces de Couperin: l`autre est relégué aux Thuyles chez les enfants de choeur, où il n`a que leur touché délicat pour tout flatté. Il ne tiendra qu`à vous, l`un de faire fortune et le premier d`augmenter la sienne. Je vous propose de vous associer à moi et nous porter pour les trois instruments seuls nécessaires en Musique…

[…] Ses défauts de lui, violon, d`être percant et dur, lui tournaient en bonnes qualités dans un endroit vaste ou sa dureté était noyée par celle du violoncelle et son manque de puissance supléé par les cordes à vide du clavecin. Jouant à la nouvelle manière, il se fit admirer, comme il n`avait pas fait au temps de Lully où les coups de l`archet étaient hachés et le coup de hache marqué à chaque mesure. Ici on ne démêlait ni le tiré ni le poussé. Un son continu se faisait entendre, qu`on était maître d`enfler ou de diminuer, comme la voix. […] La résistance toujours à vaincre dans les cordes courtes et grosses extrêmement tendues du violon, exige un exercice continuel pour en dompter la dureté et les doigts ferrés. A cet effect la Nature secourable fait venir au bout, de la corne, comme aux bêtes de charge ou voiture, un sabot.

Somis [Giovanni Battista Somis, 1686-1763, n.n.] parut sur les rangs. Il étala majesteusement le plus beau coup d`archet d`Europe. Il franchit la borne, où l`on se brise, surmonta l`écueil où l`on échoue, en un mot vint à bout du grand oeuvre sur le violon. Un seul tiré d`archet que le souvenir en fait perdre haleine quand on y pense, et parut semblable à un cordage de soie tendu, qui pour ne pas ennuyer dans la nudité de son uni, est entouré de fleurs, festons d`argent, de filigranes d`or entremêlés de diamants, de rubis, de grenats, et sourtout de perles… Geminiani [Francesco Geminiani, 1687-1762, n.n.], d`autant qu`il faut commencer par le jeu le plus fin se fit admirer aussi bien que les Sonates de Corelli, qu`il exécuta. Elles fournirent le fondement de l`harmonie la plus capable d`émouvoir, qui ébranle à la voix les corps sonores. Geminiani fit sed remplissages de notes de son cru à tout sort de desseins. L`esprit était charmé, l`oreille était satisfaite. Les belles auditrices ‚etaient prêtes à tomber en défaillance. […] Les Sonates de Mr. Le Cler [Jean Marie Leclair, 1697-1764, n.n.] étalèrent en pompe la majesté du jeu de violon et la justesse dont il est susceptible.

Le violoncelle, qui jusque là s’etait vu misérable cancre, haire, et pauvre diable, dont la condition avait été de mourir de faim, point de franche lipée, maintenant se flatte qu`à place de la Basse de viole, il recevra maintes caresses; déjà il se forge une felicité qui le fait pleurer de tendresse. […] Mais dès que tout est jouable sur la Viole, et ce par une science de galant homme acquise une fois pour toutes, combien n`est-elle pas préférable aux instruments qui demandent un art asservissant, tels que le violoncelle sur qui la fausseté est à combattre dans un degré effrayant, faussetés renaissantes à chaque pas qu`on les surmonte, telles que les têtes de l`Hydre. Le défaut des cordes, vrais câbles de navire, demande des doigts bottés pour s`en rendre maître.

[Conversation entre la Dame viole et le sieur Violon]

Le prononcé des Dames fut donc que la Viole serait rétablie dans tous ses droits à huis clos et qu`on abandonnerait au violon l`audience publique. L`arrêt definitif des Dames fut que rien n`équivaut dans le monde aux deux basses de viole en parralèle, pour s`acquitter parfaitement du dessus et de la basse.

Cependant, malgré tous ces avantages, le violon rencontra dans la flûte traversière une émule, au point où il ne s’attendais pas, et qui rabattait bien de la bonne opinion qu’il avait conçue de son propre mérite, & donnée aux autres sur la nature du son qu’il tirait. La flûte se trouva mieux déclamée que le violon, être plus maîtresse d’enfler ou faire des diminutions. Après la fin du concert on en remporta cette opinion, que la flûte jouée par Blavet, s’entend, est préférable au premier violon, lorsqu’il s’agit d’imiter la voix, qui ne saurait, comme chacun sait, faire plusieurs tons à la fois. >>

 

Surse: Musicologie.org, notele albumului „Defense de la Basse de Viole”, Ricercar Consort (dir. Pierre Pierlot), RIC 129121, 1993.

 

 

 

Where Am I?

You are currently browsing the Surse category at Ballet des Nations.